Négociation et politiques culturelles publiques : le cas du marché subventionné de la danse contemporaine

  • Enseignant-chercheur
    Patrick Germain-Thomas
    Novancia Business School Paris, France

Résumé

Depuis les années 1960 en France, la politique menée par le ministère de la Culture et les collectivités locales a favorisé une croissance régulière du secteur du spectacle vivant. Un système d’économie mixte s’est mis en place : les ressources des artistes proviennent non seulement des subventions mais aussi de financements apportés par des théâtres ou des festivals qui achètent ou coproduisent leurs spectacles. Cet article se fonde sur une enquête empirique menée dans le champ de la danse contemporaine où les compagnies, ne disposant pas de lieux propres, dépendent des décisions des responsables d’organismes de diffusion pour jouer leurs pièces. L’intervention publique a favorisé le développement d’une offre d’une grande diversité, mais le marché subventionné du spectacle chorégraphique se caractérise par un déséquilibre structurel entre le nombre de spectacles produits chaque saison et les débouchés offerts par les réseaux de programmation.
Cette contribution a pour objectif de montrer que, malgré cette asymétrie structurelle entre l’offre et la demande, des processus de négociations complexes peuvent être identifiés, combinant des dimensions distributive et intégrative. Ils apparaissent au sein de transactions situées dans un espace intermédiaire entre le pur consensus altruiste et le déterminisme apparent de la structure du marché. La négociation peut alors être perçue comme un véritable levier de l’action publique et comme une clé indispensable pour sa compréhension.

Mots-clés

biens culturels, subvention, distribution, processus de négociation, négociation intégrative


Téléchargez la communication