Les partenariats stratégiques de l’Union Européenne – Un objet de négociation à saisir

  • De Lalande, Victoire
    Internationale SOS, France
  • Emmanuel Vivet, France

Résumé

Au courant de la décennie 2003-2012, l’Union Européenne (UE) a élevé au rang de "partenaires stratégiques" dix des États avec lesquels elle entretient des relations bilatérales approfondies, i.e. Chine, États-Unis, Inde, Japon, Corée du Sud, Russie, Mexique, Brésil, Canada et Afrique du Sud. Les accords cadres conclus avec chacun de ces pays ont permis d’intégrer aux discussions essentiellement commerciales un panel large de domaines de coopération - politique, social, scientifique, énergétique, culturel, entre autres. Cet article se propose de montrer que les partenariats stratégiques de l’UE peuvent utilement être analysés sous l’angle de la Négociation et de ses théories. Quand l’UE déploie ses partenariats stratégiques, que se passe-t-il vraiment ? Au-delà des claquements de portières des sommets internationaux, des contacts à haut niveau et des grandes déclarations de principe, quels sont les coopérations qui se nouent ou, au contraire, les batailles qui se livrent ? Sans entrer dans une observation exhaustive des dimensions négociantes des partenariats stratégiques, cet article tracera des pistes d’analyse, ouvrant la voie à des recherches ultérieures et montrant que, au-delà de la coopération affichée avec le reste du monde, l’UE est en fait engagée dans une relation complexe, difficile, où se joue notamment sa faculté à peser sur les affaires du Monde.

Mots-clés

Union Européenne, diplomatie, négociations bilatérales, partenariats stratégiques


Téléchargez la communication